A+ R A-
Envoyer Imprimer PDF

"Et moi, pour t'obéir, je n'ai pas refusé d'être pasteur ; Je n'ai pas non plus désiré le jour du malheur, tu le sais ; Ce qui est sorti de mes lèvres a été découvert devant toi." Jérémie 17.16

Je n'ai pas envie ! L'image qui me vient à l'esprit lorsque j'entends cette phrase est celle d'un petit enfant qui fait un caprice parce qu'il ne veut pas obéir à ce qu'on lui a demandé. Pour un jeune enfant, tout semble dépendre de son humeur du moment.

Il est facile de tomber dans ce piège - même en tant qu'adultes. Nous jugeons les autres selon les sentiments qu'ils suscitent en nous. Nous fondons nos décisions importantes sur ce que nous "ressentons". Ce n'est pas là un comportement adulte.

Quiconque choisit de vivre selon ses sentiments ou son humeur du moment pourrait aussi bien marquer sa vie d'une énorme banderole portant le mot "DESTRUCTION". Les sentiments sont changeants. Vous ne pouvez pas compter sur eux pour vous diriger dans la vie.

Il y a des années, lorsque j'ai débuté ce ministère, je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait. Je savais que Dieu voulait me confier un ministère d'envergure mondiale, où j'enseignerais son Évangile et encouragerais les hommes et les femmes à vivre selon sa Parole. J'imaginais ce que la plupart des personnes auraient imaginé à ma place : d'immenses salles bondées et moi debout sur la scène en train de prêcher. Cette vision est peut-être devenue une réalité aujourd'hui, mais elle ne l'était assurément pas
pendant de longues années.

J'ai commencé ce ministère il y trente ans, et je ne pourrais pas vous dire le nombre de déceptions et d'échecs que j'ai connus pendant ces années. Combien de fois n'ai-je pas été sur le point de tout laisser tomber... de renoncer parce que je ne voyais pas les résultats qu'il me semblait être en droit d'attendre. Je n'avais pas "le sentiment" de réussir. Je n'avais pas "le sentiment" de faire que les choses bougeaient. Je n'avais pas "le sentiment" d'accomplir la mission que Dieu m'avait confiée.

Mais ce n'était pas mes sentiments qui comptaient ! Ces années de croissance m'ont appris de précieuses leçons. Dieu m'enseignait pas à pas à gérer la responsabilité qu'il m'a confiée aujourd'hui. Il fallait que je passe par ce temps de formation, peu importe ce que je ressentais. J'avais peut-être l'impression d'être prête, mais il me restait encore beaucoup à apprendre.

Quelle que soit la tâche que Dieu a placée devant vous, il est temps de dépasser vos sentiments et de prendre l'engagement de lui obéir, quoi qu'il arrive. Votre résolution est beaucoup plus importante que vos sentiments. Ces derniers sont amenés à changer selon la personne avec laquelle vous êtes en train de parler, vos lectures ou même le temps qu'il fait. Mais votre résolution est immuable ; une fois que vous avez pris une décision, vous vous y tenez. Elle représente un fondement solide et stable sur lequel construire votre vie.

Un conseil pour aujourd'hui
Ne fondez pas votre vie sur vos sentiments. Ils sont changeants et si vous dépendez d'eux, votre existence fluctuera à leur rythme. Prenez plutôt la décision d'obéir à Dieu. Alors seulement vous trouverez la stabilité nécessaire pour accomplir le dessein de Dieu pour votre vie.

 

Joyce Meyer

23 Mai
Envoyer Imprimer PDF
D'où vient ce réflexe de toujours aller chercher des raisons de critiquer au lieu d'encourager les gens qui font quelque chose, même si ce n'est pas parfait... alors que, souvent, nous ne faisons rien ?

Ça vous arrive de vous promener sur le net, comme je le fais régulièrement, et que ce soit à travers la lecture de plusieurs sites chrétiens, Facebook même, lire tellement de choses négatives dites par les chrétiens les uns sur les autres, tellement d'agressivité, au point de vous écrier : Pourquoi tant de méchanceté ? Dès qu'on n'est pas d'accord avec quelqu'un, "on lui tombe dessus", on le traite de faux prophète ou on "l'excommunie". Je parle ici de nos milieux évangéliques. Je regardais hier une vidéo d'un certain organisme chrétien, fait pour faire connaître ses produits. Elle était sobre, visait un but particulier et je trouvais ça très bien. Mais quelle ne fut pas ma surprise de trouver au-dessous certains commentaires des plus déplacés. Quelqu'un trouvait qu'elle n'était pas assez ceci, pas assez cela, pas assez engagée, un autre critiquait les intervenants, un autre disait des choses désagréables sur lui pour justifier sa critique, etc. (des chrétiens). C'était vraiment gratuit... petit... minable !

D'où vient ce réflexe de toujours aller chercher des raisons de critiquer au lieu d'encourager les gens qui font quelque chose, même si ce n'est pas parfait, plutôt que les démonter... alors que nous on ne fait rien ?! Du Saint-Esprit ? Je ne le crois pas un instant ! Et là il s'agit de chrétiens évangéliques qui parlent sur des chrétiens évangéliques. Imaginez quand il s'agit de catholiques charismatiques qui sont l'objet de nos tirs groupés. Il faut comprendre que ne pas juger, ce n'est pas, ne pas faire connaître ses convictions et prises de positions, mais c'est certainement de ne pas le faire en prenant les autres de haut et en les agressant ; bref avec méchanceté ! Manifester de l'amour envers des gens ne veut pas dire que l'on est d'accord sur tout avec eux, mais ça n'empêche pas de le manifester quand même.

Et puis, une réflexion : si Dieu juge les uns demain, ne pensez pas que les évangéliques seront épargnés du même jugement. Pourquoi ? A cause de toutes les idoles invisibles que nous avons au milieu de nous et à cause surtout de tant de médisances et de cette attitude de recherche du mal chez l'autre au lieu de chercher le bon. Il y a un grand nombre de sites évangéliques consacrés à descendre un peu tous les serviteurs de Dieu, au nom de la vérité ou de l'intégrité de la Parole. Ce monde chrétien évangélique-là commence à sérieusement me gaver ! Et je tiens à dire que je m'y identifie de moins en moins !

Ensuite, soyons réaliste : une bonne partie des évangéliques sont un peu mythomanes : ils parlent sans arrêt de choses dont ils ne font pas la démonstration, car ils ne vivent pas le dixième de tout ce qu'ils prêchent. Ils prêchent la guérison divine et il n'y a presque, que des malades au milieu de nous. Pour une guérison qui arrive de ci-delà, des centaines d'autres sont dans les hôpitaux ou souffrent de tel ou tel problème physique. Pour des gens qui prêchent et croient que par Ses meurtrissures nous sommes guéris, avouez que le décalage prête à questionnement. On prêche les valeurs de la famille et le taux de divorces chez les évangéliques est en train d'atteindre les cinquante pour cent. Nous avons du mal avec Julia à trouver beaucoup de couples chrétiens qui ne sont pas en conflit quasi permanent. Le taux d'adultères dans les églises évangéliques est aussi très alarmant. Depuis mon jeune âge, où j'ai rencontré le Seigneur, je ne me rappelle pas avoir été dans une seule église sans être confronté à ce problème qui touchait également des anciens ou des pasteurs. Nous parlons d'un Dieu qui pourvoit à nos besoins, mais si peu de chrétiens ne sont pas endettés à ce jour. Et je ne dis cela pour condamner personne, je sais bien que ce n'est pas toujours simple. Juste quelque chose ne fonctionne pas, c'est le moins que l'on puisse dire. Nous parlons d'amour et de la grande famille en Jésus, mais nous nous positionnons en conflit avec tous ceux qui ne voient pas comme nous. Nous parlons de "gloire"... Où est-elle la gloire ?

Tout cela ne viendrait-il pas justement d'un jugement (que nous avons prononcé nous-mêmes) qui est un retour de manivelle face à tant de méchanceté qui réside au milieu de nous ? Nous « qui savons tout », qui citons continuellement la Bible, ne sommes-nous pas, de ce fait, devenus plus condamnables que d'autres qui en savent moins ? Avant de vouloir donner des leçons à tout le monde, ne pourrions-nous pas balayer mieux devant notre porte ? Excusez-moi ce triste tableau, mais il est véridique. Et si je le peins c'est afin de préparer le terrain pour ma question de conclusion : Ne pensez-vous pas que nous avons besoin, en tant « qu'évangéliques », d'un peu plus d'humilité ? Et que c'est cette humilité qui nous rendant moins agressif et plus gentil avec les autres, nous réouvrira, en conséquence, les portes de la bénédiction divine ?!

Claude & Julia Payan

Page 10 sur 66

Verset du jour

Que ce livre de la loi ne s'éloigne point de ta bouche; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit; car c'est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c'est alors que tu réussiras. Ne t'ai-je pas donné cet ordre: Fortifie-toi et prends courage? Ne t'effraie point et ne t'épouvante point, car l'Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.

Josué 1 : 8-9 "LSG"

Aidez LouangeFM

Merci de soutenir LouangeFM par vos dons !

Montant: 

Louangefm sur Facebook

Bannière

Connexion